24 septembre 2010

Accueil de Civilisations Perdues

Pour bien comprendre la superstition humaine, il faut se pencher sur les Colères Passées du Monstre en Spaghetti Volant : Comment a-t-il fait disparaître des civilisations entières, et pourquoi ?

(Rappelons pour les néophytes que Notre Créateur fit le monde voici 5000 ans, et enfouit des os de dinosaures en terre pour le faire paraître plus vieux : Est-ce bien sérieux tout ça ? voir > ICI <) L'émergence des civilisations a entrainé le développement de la piraterie, combattue par ces civilisations, et rien ne fâche plus le Monstre que CA.)

Pour bien comprendre la science Pastafarique, nous dirons que la science devient souvent intégriste. A savoir que certains scientifiques occupant une chaire patenté se permettent parfois d'invalider une preuve sur la seule bonne foi de leur position sociale, oubliant la simple obligation de la contre preuve (z'ont pas de temps à perdre avec des balivernes). L'anthropologie est une science qui s'appuie parfois sur de simples légendes au départ (la ville de Troie). La porte reste donc ouverte à toutes les élucubrations, et le tri n'est point aisé. Mais régulièrement, des pirates de la science, même pas diplômés, y font des avancées majeures : Et aussitôt s'y engouffrent tous les farfelus en attente de reconnaissance officielle.

Le Pastafarisme prône une approche scientifique dépourvue de tout à priori : Comme on peut se tromper "officiellement", autant y aller carrément en affirmant des choses à priori absurdes pour prendre un minimum de recul quand à nos "certitudes" trop bien établies... On ne sait jamais un lapin peut sortir du chapeau, restons l'esprit ouvert.

Ainsi, on verra dans la vidéo sur l' "Atlantide" , une scientifique mise au ban de la communauté scientifique parce qu'elle avait daté (et vérifié la datation) au carbone 14, quand même, un amérindien de 250 000 ans : Une hérésie face aux certitudes de l'époque. Elle le dit elle même : Elle eut été enchantée de ne trouver qu'une datation de 20 000 ans, sa carrière eut été lancée, mais elle s'en teint rigoureusement à sa datation scientifiquement établie. Accessoirement, un squelette sibérien de 300 000 ans fut mis à jour après, rendant tout à coup sa datation beaucoup moins improbable qu'au départ : Un lapin était sorti du chapeau.

On se penchera donc sur les méthodes scientifiques et leurs erreurs par Touché Nouilleux : de l'archéologie officielle qui défend les dogmes becs et ongles, aux Pirates de la Raison qui prennent les premières à l'abordage sans ménagement, jusqu'aux plus farfelus (quoi que ?). L'anthropologie a aussi ceci d'intéressant, c'est qu'elle permet de voir en action un groupe humain fort étrange : La communauté scientifique avec ses rites, ses auto mises en scène, ses mythes, ses systèmes de défenses face aux barbares incultes, qui remportent des victoires sur eux, etc., etc. .

Les vidéos qui suivent ne relatent pas tant la vérité scientifique archéologique, qu'elle ne jette un regard attendri sur le désarroi de ce groupuscule humain aux prises avec le "Touché Nouillu scientifique".

On y verra donc un panorama de ces peuplades primitives, Des scientifiques très sérieux et méticuleux (Mésopotamie), des pirates de la science qui ont raison sur la "doctitude" officielle (Mayas), des farfelus (quoique ?) les plus échevelé (hommage Spaghettien au Flying Spaghetti Monster), et leurs luttes intestines pour la conquête et la préservation de leurs territoires respectifs. D'où aussi l'usage de ces vidéos : Tout ce petit monde recherchant avant tout des subsides pour leurs recherches, la vidéo est un outil publicitaire afin de les attirer à eux.

(Attention ! les datations fournies ici sont scientifiques APRES Touché Nouillu : Ne vous étonnez donc pas qu'elles antidatent la genèse !)

  1. L'Atlantide et autres énigmes archéologiques (18 000 - 11500 ans ?) :
  2. La civilisation de Gizeh (Egypte 13 000 ans ?)
  3. La Chine : 10 500 ans, 5600 ans, 2260 ans.

Sur ces civilisations antédiluviennes, LES menaces majeures apparaissent comme, les astéroïdes, causant (ou non ?) glissement de l'écorce terrestre, provoquant séismes, tsunamis et éruptions volcaniques cataclysmique. Ces dernières causes étant parfois suffisantes en elles même.
Mais l'Humain est ingénieux : Être à la merci de la nature ne suffisait pas...Tant qu'à être menacé, mieux vaut se servir soi même.

atomic_explosion___4Tout le monde a à l'esprit que l'humanité pourrait être fortement compromise par une guerre nucléaire, et les guerres n'ont pas eu besoin d'être nucléaires pour causer l'anéantissement de grandes civilisations par le passé.

Le réchauffement climatique est une autre illustration de l'inconséquence autodestructrice humaine.

Mais tout ceci n'a pas commencé hier :

Le mammouth et autres espèces ont disparu sous les coups de l'ingéniosité humaine. Certes Il y eu la glaciation de Wurms d'y a 12 000 ans, mais une espèce fragilisée par un cataclysme, peut s'en remettre. Sauf que les humains étaient eux aussi fragilisés, leur "garde manger" s'étant grandement réduit à l'occasion. Bref, les derniers grands animaux étaient une des rares réserves de nourriture encore disponible dont l'humain avait un besoin vital, et les conséquences étaient les derniers de leurs soucis. Même si ces espèces étaient mal en point, leurs moindres chances ont été anéanties par une traque méthodique et ingénieuse des humains : Les autres grands prédateurs manquant de nourriture, et repoussés par l'humain comme concurrents, suivirent dans l'extinction.pleitocene_1
L'Amérique anté-cataclysmique, ressemblait fort à l'Afrique : Tigres à dents de sabre, chameaux, grands zèbres, mammouths, rhinocéros laineux, autruches, grands zèbres, ours et paresseux géants (les alligators ont survécus : comme d'hab.), Mais l'Europe quasi de même.
Apparemment, l'Afrique et l'Asie du sud ont été suffisamment épargnées (cf : Lions, tigres, chameaux, éléphants, rhinocéros, émeux, zèbres et chevaux).

Intoduction de l'humain vs peuplements sauvages
extinction_MegafauneL'influence humaine dans la catastrophe est attestée par sa survie où les autres espèces ont disparues, et surtout la non recolonisation de ces terres par les survivants du sud : Le tigre et le lion furent fort à même de se réadapter en Europe, chameaux aussi, et même éléphants et rhinocéros : Seules les espèces "colonisées" par l'humain (chevaux, bovidés) y sont arrivées, Et si Hannibal avait vaincu les romains, nous aurions eu éléphants et chameaux domestiques en Europe.

Mais il est vrai aussi que 10 000 ans c'est très court à l'échelle des colonisations animales de continents. Mais on voit mal comment Lions et éléphants pourrait recoloniser l'Europe actuellement en passant par la palestine. Un espoir, la raréfaction des énergies fossiles va peut-être remettre au goût du jour la réintroduction du travail animal, L'éléphant d'Asie et le dromadaire ont une chance.

Ceci dit,, Les choses semblent être légèrement décalées : il y aurait eu des amorces de récessions animales, qui aurait laissé plus de place à l'humain plus adaptable, mais qui du coup aurait accentué la pression "évolutionniste" sur les autres espèces par la chasse. Mais en passant à l'agriculture, l'humain a défriché la terre, entrainant la disparition des écosystèmes nécessaires à la survie des espèces. Plus que cette disparition, c'est la rapidité du changement qui est en cause : les espèces s'adaptent aux changements, mais il leur faut une évolution progressive en cela. Un changement trop brutal signe des extinctions massives.

Mais aussi, la civilisation grecque a défriché son pays par extension de l'agriculture, entrainant une érosion des sols et une baisse de la pluviosité (les arbres produisent de la vapeur qui entraine une pluviosité accrue, Les graminé retrouvés dans les sédiments de l'époque révèlent une plus grande variété, et de milieu plus "tempérés"). Son déclin serait aussi dû à ses malversations écologiques (voir aussi Ankor). Certain vont même jusqu'à prétendre que ce fut le cas pour la civilisation occidentale par pression démographique, si elle n'avait trouvé des débouchés démographiques en colonisant le monde...

Bon ! reprenons le cours de nos disparitions de civilisations :

  1. Civilisation de l'Indus (Pakistan-Inde 5000-3800 ans)
  2. Aratta (Iran 5000 ans)
  3. Essor de la mésopotamie (De la préhistoire à l'age classique) Ici nous explorons la science officielle.
  4. Olmèques (Mexique 3200 ans)
  5. Mayas (Mexique 2500-1100 ans) Où un pirate de la science découvre la cause de la disparition de la civilisation Maya. 
  6. Mochicas (Pérou 2000-1400 ans)
  7. Aztèques (Mexique 700-500 ans)
  8. Incas (de la Colombie au Chili 600-500 ans)
  9. Ankor (Cambodge, Laos, Myanmar, 1100-500 ans)

 

perdu ? la carte aux trésors

carte4

compteurs    

 

Posté par Yves Forban à 17:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Accueil de Civilisations Perdues

    D'accord

    Bonjour,

    Je viens de lire, votre texte sur les civilisations perdues. C'est un résumé, mais je suis tout à fait d'accord avec vous, saura t'on un jour la vérité ? Pourtant les preuves sont là et nous crèvent les yeux... Enfin sauf ceux des pseudos scientifiques que l'on payent royalement avec les impôts, pour raconter les pires âneries, et nous endormir...

    Posté par Stan, 12 juin 2012 à 15:24 | | Répondre
  • Bon, c'est surtout de l'humour Pasta. Mais je trouve intéressant le mélange des genres en sciences humaines, paléo anthropo ethno en particulier. Où certains "gardiens du Graal" scientifiques se prennent pour de grands prêtres dévolus à la sauvegarde des mythes établis, face à certains amateurs non patenté, qui finissent par démontrer leur point de vue iconoclaste.
    Cette dichotomie incitant les gogos de service à faire valoir leurs billevesées.
    Ceci dit si certains amateurs finissent par avoir raison sur des potentats de la sciences, c'est bien au nom des principes scientifiques qu'ils respectent plus que les-dits potentats, et c'est toujours la méthode scientifique qui gagne en l'occurrence. A moins que ce soit dû au Toucher Nouillu d'une déité qui préfère les pirates de la science.

    Posté par Yves Forban, 13 juin 2012 à 08:45 | | Répondre
Nouveau commentaire